Un espoir de thérapie contre les rétinites pigmentaires

© Adobe Stock

La rétinite pigmentaire, maladie génétique dégénérative de l’œil, se caractérise par une perte progressive de la vision évoluant généralement vers la cécité. Chez certain-es patient-es, des défauts de structures au sein des cellules photoréceptrices ont été observés, sans que les mécanismes moléculaires impliqués soient compris. L’équipe de Virginie Hamel et Paul Guichard, en collaboration avec l’Université de Lausanne (UNIL), a identifié le rôle essentiel joué par un zip moléculaire, véritable «fermeture éclair» formée par quatre protéines. L’absence de ce zip conduit à la mort cellulaire des cellules rétiniennes. Cette découverte pourrait favoriser le développement d’approches thérapeutiques contre les rétinites pigmentaires.

L’article a été publié dans la revue PLOS Biology le 16 juin 2022.

Lire le communiqué de presse de l’UNIGE.