Les neurones olfactifs s’adaptent à leur environnement

Coupe de la cavité nasale d’une souris (vue large). Au sein de la population dense de neurones olfactifs (en bleu), les neurones olfactifs exprimant un type de récepteur spécifique (Olfr151) sont marqués en vert vif. © Madlaina Boillat

Les récepteurs olfactifs, présents à la surface des neurones sensoriels de la cavité nasale, reconnaissent les molécules odorantes et transmettent cette information au cerveau. Comment ces neurones parviennent-ils à détecter une grande variabilité de signaux et à s’adapter à différents niveaux de stimulation? L’équipe conjointe d’Ivan Rodriguez du département de génétique et évolution et d’Alan Carleton de la Faculté de médecine  s’est intéressée au profil d’expression des gènes de ces neurones, en présence ou en absence de stimulation odorante. Les scientifiques ont découvert une variabilité insoupçonnée dans ces profils en fonction du récepteur olfactif exprimé et des expositions précédentes aux odeurs. Ces résultats mettent en évidence un large éventail d’identités de neurones olfactifs, et leur adaptation au milieu environnant.

L’article a été publié dans la revue Nature Communications le 25 mai 2022.

Lire le communiqué de presse de l’UNIGE.