L’UNIGE étudie les trompes d’éléphants au profit de la recherche dans la robotique

Souple et puissante, la trompe de l’éléphant est capable de soulever avec délicatesse une brindille, mais aussi de porter des charges allant jusqu’à 300 kilos. L’industrie souhaite s’inspirer de cette faculté pour développer des robots souples.

Un organe extrêmement flexible, une continuité de muscles capable de se mouvoir à l’infini, dans tous les angles sans aucune limite. Voilà ce que tente de reproduire l’industrie robotique. Mais pour y arriver, encore faut-il le comprendre et l’étudier. L’équipe du Pr Milinkovitch vient de publier ses résultats dans la revue spécialisée Current Biology.

Regardez l’intervention du Pr Milinkovitch sur la RTS dans le 19:30 du 23 août 2021.

Ecoutez l’émission CQFD de la RTS du 24 août 2021.

 

L’hérédité ne se résume pas aux gènes, selon des chercheurs genevois

Mis en avant

Les équipes de Florian Steiner et de Monica Gotta ont découvert que la localisation d’un site spécifique des chromosomes est transmise entre deux générations, même si la partie de la protéine qui définit initialement ce site est absente dans la descendance.

Ecoutez l’intervention de Florian Steiner pour la RTS le 08 juillet 2021.

La perte de l’odorat expliquée par Ratatouille et Ivan Rodriguez

Mis en avant

La perte de l’odorat, également appelée anosmie, est identifiée comme l’un des symptômes de Covid-19. On estime que 8 ou 9 patients Covid-19 sur 10 souffrent de troubles de l’odorat. Mais que se passe-t-il dans notre cerveau pour que notre nez ne sache plus différencier les odeurs d’un bon plat de celui d’un parfum de poubelle? Les précisions d’Ivan Rodriguez, professeur ordinaire au laboratoire de neurogénétique.

Lire l’article en ligne et visionner la vidéo.

Du nouveau sur le parasite de la malaria

Les équipes de Paul Guichard et Virginie Hamel et de Mathieu Brochet, du département de  microbiologie et médecine moléculaire (CMU) viennent de découvrir ce qui pourrait être la clef qui permet au vecteur de la malaria, le plasmodium, de contaminer un moustique. Ces contaminations en chaîne sont rendues possibles par le fait que le plasmodium modifie régulièrement son cytosquelette pour sʹadapter à lʹendroit où il veut rentrer.

Les explications de Mathieu Brochet dans l’émission CQFD du 12 mars 2021.

Pourquoi les plantes sont vertes

Des chercheurs sont parvenus à mieux comprendre la couleur verte des plantes. Jamais la précision des données et la visualisation de ce qui se passe dans les cellules végétales n’avait été poussée aussi loin que dans ces travaux menés conjointement par des scientifiques des universités de Neuchâtel, Genève, Grenoble, ainsi que de lʹETH Zurich.

Les détails dans l’émission CQFD du 24.02.2021 avec Emilie Demarsy, chargée de cours au Département de botanique et biologie végétale.