Un seul gène peut dérégler le sommeil

Les neurones du cerveau de la drosophile marqués par une protéine fluorescente verte. Les parties les plus colorées mettent en évidence les ‘mushroom bodies’, un centre clé de la régulation du sommeil.

Tous les organismes vivants sont soumis à un rythme biologique interne, qui contrôle de très nombreux processus physiologiques. Chez l’homme notamment, cette horloge interne suit un cycle de 24 heures et se manifeste même en l’absence de signaux déclencheurs externes, comme les changements de luminosité ou de température. En utilisant l’organisme génétique modèle Drosophila melanogaster, des chercheurs menés pas l’équipe d’Emi Nagoshi  a découvert que le gène Nf1 est essentiel pour la régulation du cycle veille/sommeil. Ce gène est par ailleurs impliqué chez l’homme dans une maladie génétique fréquente – la neurofibromatose –, qui entraine la formation de tumeurs dans le système nerveux. Cette découverte pourrait aider à expliquer certains symptômes observés chez les patient-es atteinte-es de cette maladie, notamment le trouble de leur sommeil.

L’article a été publié dans la revue Nature Communications.

Lire le communiqué de presse de l’UNIGE.

Ecouter l’intervention d’Emi Nagoshi – RTS La 1ère / Journal 12h / Le 12h30 / L’invité du 12.30, 02.10.2021