L’ADN révèle l’histoire évolutive des spécimens de musée

Les spécimens de musée conservés dans les collections d’histoire naturelle à travers le monde représentent une manne d’informations génétiques sous-utilisée en raison de l’état de conservation de l’ADN qui le rend souvent peu exploitable. Une équipe internationale, dirigée notamment par Nadir Alvarez du département GenEv et du Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Genève, a optimisé une méthode d’analyse d’ADN ancien pour déterminer les relations entre espèces sur une échelle évolutive profonde.

L’article a été publié dans la revue Genome Biology and Evolution.

Lire le communiqué de presse de l’UNIGE.