La physique joue aux dés durant le développement embryonnaire

L’équipe de Michel Milinkovitch met au jour un processus aléatoire inédit dans le domaine des sciences du vivant. Les travaux des chercheurs, publiés le 29 novembre 2012 dans Science, dévoilent que les écailles faciales du crocodile émergent d’un processus physique aléatoire de craquage de la peau, lors du développement embryonnaire. Contrairement aux autres appendices cutanés kératinisés, les formes générées ne résultent pas d’une croissance génétiquement programmée. Ces résultats défrichent une nouvelle voie, celle de l’exploration des interactions subtiles entre les paramètres génétiques et physiques au cours de la formation des animaux.

Communiqué de presse

Video from Science Demonstration of in-house developed tools for marking and analyzing various features directly on animals 3D models

Article in Science News

Article original